Athlétisme : Pas d’élection avant décembre 2017

Contrairement à une information relayée dans les réseaux sociaux par certains confrères, qui faisait état des « clauses bizarres » entre la ministre de la Jeunesse et des Sports, Nicole Assélé, et le président de la fédération gabonaise d’athlétisme, Martial Paraiso, lesquelles clauses exempteraient le responsable fédéral à organiser des élections dans les temps impartis par la tutelle, il n’ en est finalement rien.

A la suite de notre enquête, il apparaît que de l’obligation faite aux fédérations, par la ministre Nicole Assélé, d’organiser des assemblées générales électives, Martial Paraiso avait informé l’IAAF de la décision ministérielle. Décision que l’institution faitière de l’athlétisme mondial a repoussée, estimant que le mandat du président de la fédération gabonaise d’athlétisme court jusqu’en fin d’année, et qu’avant cette date, aucune élection fédérale ne peut avoir lieu au Gabon.

« C’est ce courrier que M. Martial Paraiso est venu remettre à Mme le ministre », a indiqué un responsable du ministère de la Jeunesse et des Sports, non sans déplorer cette «  déviation des journalistes de Facebook qui ont poussé plus loin en parlant de réunion nocturne et de considérations occultes dans le traitement du dossier de l’athlétisme ».

C’est donc définitivement clair que l’assemblée générale élective de la fédération gabonaise d’athlétisme aura lieu en décembre prochain, en attendant que le président Martial Paraiso organise au moins une assemblée générale ordinaire et présente un bilan de mi-parcours.

 

Elang-Mane

publié 21 Mars 2017

A propos de l'auteur