Front social : Les agents publics de la Coalition exigent le paiement sans condition de la PIP

 Le paiement des  arriérés de la prime d’incitation à la performance, PIP,   par la junte au pouvoir, sur fond de grogne de certaines administrations, au détriment  des autres départements ministériels, continue de faire des mécontents.  Victime d’une injustice,  plusieurs  organisations  syndicales  de l’administration publique, n’ayant toujours pas reçu cette prime,  ont décidé  dans une démarche  revendicative commune, de faire bloc  autour d’une plateforme dénommée  Coalition des syndicats des ministères en charge des travaux publics, de l’urbanisme, de la prévoyance sociale, de la santé, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

C’est  à la faveur d’un point de presse tenu dans les  locaux de la direction du matériel du ministère  des travaux publics que les présidents des différentes formations  syndicales  se sont  conjointement  exprimés.  Visiblement,  les propos  du  cuspodien  putschiste  Emmanuel  Issoze Ngondet,  en guise de réponse dans une correspondance  adressé le 02  mai courant  au  secrétaire général de l’ Organisation nationale des personnels du  secteur de l’équipement, n’a pas convaincu  les agents  publics, regroupés désormais  en coalition. « Les contraintes économiques et financières liées à la chute des prix de nos matières  premières nous ont obligés à  adopter certaines restrictions budgétaires  (…).  C’est dans ce sens que le ministre chargé du budget sera instruit à mettre tout ce qui  est en son pouvoir afin de solder les arriérés de cette PIP au moment opportun et pour l’ensemble des bénéficiaires clairement identifiés », écrit le Premier Ministre. Voila  clairement  ce qui  a été à l’origine, le 09 mai dernier,  du  point de presse de la  Coalition des syndicats  des ministères  des secteurs susmentionnés, toujours en attente du versement de la dernière PIP. « Nous, ayants droit à la prime d’incitation à la performance du 2ème trimestre 2015 des secteurs susmentionnés, exigeons du gouvernement le paiement de ladite  prime dans une semaine franche, à partir de la date de signature du présent document »,  au nom de  la fumeuse « égalité des chances »  prônée  par les plus autorités.

Par ailleurs, la nouvelle  coalition tient à rappeler au  Premier Ministre de la junte «  les violations flagrantes et constantes des dispositions légales et réglementaire qui régissent l’administration gabonaise par son gouvernement, notamment le principe d’égalité dans le traitement des agents publics de l’Etat ». La plateforme  a également invité tous les agents  publics  de l’Etat,  lésés  par le gouvernement, à rejoindre, d’une part,  la coalition. Et d’autre part, à se tenir en alerte maximale pour des actions syndicales fortes sur le terrain, jusqu’à satisfaction totale des revendications.

 

A propos de l'auteur