Front Social / Paiement de la PIP : La coalition des administrations publiques passe à l’action

Le délai d’une semaine franche, exigé par la Coalition des administrations publiques, CAP, la semaine dernière au cours d’un point de presse, n’aura pas fait bouger d’un iota la position du gouvernement putschiste. Egale à elle-même, la junte au pouvoir a bien plus important à faire dans le cadre du dialogue politique, un véritable dialogue des sourds, du coté du Stade d’Angondjé. Surtout que ce dialogue connaît des blocages importants dans certaines commissions, a-t-on appris. Face à ce mépris clairement affiché par le gouvernement,   la CAP a annoncé une action forte, pour ce mercredi 17 mai 2017, afin d’attirer, une fois de plus, l’attention du gouvernement. « Mardi dernier, la CAP a tenu un point de presse au cours duquel nous avons donné un délai d’une semaine au gouvernement pour qu’il puisse nous payer les arriérés de la prime d’incitation à la performance, PIP. Etant donné que le délai expire le 17 mai prochain et que rien n’a été fait jusqu’à présent, c’est pourquoi nous disons que ce jour-là, nous poserons le premier acte fort à l’endroit de la Primature ou de la Présidence de la République, en passant bien sûr par le Ministère du Budget et des Comptes publics, si nous ne sommes pas payés au plus tard à 15 heures », a mis en garde Jean Bosco Boungoumou, secrétaire général de l’organisation nationale des personnels du secteur de l’équipement, ONPESE. Faut-il rappeler que le non-paiement des arriérés de la PIP a provoqué une levée de boucliers chez de nombreux agents publics. Si rien n’est fait dans les tout prochains jours, pour la CAP, cette situation pourrait prendre mauvaise tournure ; même si l’on a relevé qu’ici et là, la PIP du 2ème trimestre a été versée au forceps par le gouvernement putschiste, après l’observation des mouvements de grève dans certaines administrations.

Déterminées à obtenir ce qui leur revient de droit, plusieurs organisations syndicales de l’administration publique, en attente du paiement de la PIP, se sont donné rendez-vous pour un passage à l’action. Sans vouloir dévoiler sa stratégie, la coalition des syndicats des ministères en charge des travaux publics, de l’urbanisme, de la prévoyance sociale, de la santé, de l’enseignement supérieur et de la recherche pourrait entamer des visites inopinées à la Primature, puis à la Direction générale du Budget et des Finances publiques qui détiendrait, selon les agents, la clé du précieux sésame. Et, une visite à la Présidence de la République pourrait être le derniers recours. Si pour le Chef du gouvernement putschiste  les contraintes économiques et financières liées à la chute des prix des matières premières sont à ce jour l’argument logique pour justifier le non-paiement de la PIP, il sera contraint, le mercredi 17 mai 2017, de trouver des solutions béton pour faire baisser la fièvre au sein de la Coalition. «  Nous avons droit à la prime d’incitation à la performance du 2ème trimestre 2015 comme d’autres agents de la Fonction publique. Nous restons fermes dans notre démarche et posons des actions fortes jusqu’à satisfaction de notre revendication », a martelé le secrétaire général de l’ONPESE.

Par Nedjma leMonde

A propos de l'auteur