Fuite des investisseurs internationaux : Shell Gabon s’en va

Posté le 29 Nov 2016
Par :
Commentaire (s) inactif

shell_gabonJeudi 24 novembre dernier, les patrons de Shell Gabon ont officialisé le départ de Shell Gabon de notre pays. La société d’exploitation des gisements pétroliers de Rabi Kounga et de Gamba, présente depuis plus de 50 ans au Gabon, a donc décidé d’emboiter le pas à BNP-Paribas au bord de la ruine.

Alors que le Gabon peine encore a soldé sa crise postélectorale de la dernière élection présidentielle, la crise du secteur pétrolier bat son plein, augmentant l’aversion des investisseurs internationaux à investir dans notre pays. Après BNP-Paribas, Shell Gabon a aussi décidé de plier bagages. Le groupe pétrolier, qui envisage mettre fin à ses investissements dans 5 à 10 pays, a réalisé des progrès relativement lents dans ses désinvestissements. L’incertitude liée aux perspectives pétrolières a considérablement diminué l’engouement des acheteurs pour les prix de transaction que le groupe vise. Shell Gabon qui a accepté de vendre pour environ 6 milliards de dollars d’actifs peine à trouver un repreneur.

Les patrons de la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, l’une des plus importantes sociétés multinationales, ont refusé de donner plus de détails sur l’identité des potentiels acheteurs. Mais, des sources dignes de foi ont révélé que le groupe Carlyle Group, le plus important fonds d’investissement au monde, et Perenco, une société pétrolière et gazière européenne indépendante, ont atteint la deuxième ronde d’enchères pour ses actifs. Toutefois, le porte-parole de Carlyle Group n’a pas tenu à commenter ces informations.
Entretemps, les employés de Shell Gabon sont inquiets pour leur avenir car la tenue de la réunion du 24 novembre dernier n’a pas apporté de précision quant au maintien de leurs emplois.

Aria Starck

publié le 29 Novembre 2016

A propos de l'auteur