Gel des cours jusqu’au paiement de la PIP du quatrième trimestre 2014

Posté le 27 Mai 2015
Commentaire (s) inactif
L'un des nombreuses salles de classe vidées des enseignants et d'élèves à la suite du gel des cours

L’un des nombreuses salles de classe vidées des enseignants et d’élèves à la suite du gel des cours

C’est par une mobilisation bruyante de plusieurs heures observée dans l’enceinte du ministère de l’éducation nationale dans la matinée du mardi 26 mai, que les enseignants du collectif du bassin pédagogique de Libreville Centre et d’Owendo ont exprimé leur ras-le-bol, face aux retards accusés dans le paiement de leur prime d’incitation à la performance, PIP, comptant pour le dernier trimestre de l’année dernière.

La grogne a valu la chandelle, puisqu’elle a fini par déboucher sur une séance de travail initialement non programmée entre le ministre de tutelle, Ida Reteno Assounouet, et le collectif des enseignants en colère. L’issue des discussions reste vraisemblablement porteuse d’espoirs, au regard de l’engagement pris par la ministre de tout mettre en œuvre, en vue de permettre aux enseignants oubliés dans le cadre du paiement trimestriel de la PIP de renter dans leurs droits, d’ici au jeudi 28 mai prochain.

La menace d’arrêt des cours, décrétée par ce collectif d’enseignants des lycées et collèges, concerne une dizaine d’établissements publics. Les plus engagés sur la ligne de front sont notamment, le complexe dit  Lycée Technique Omar Bongo,  le Lycée de l ‘Excellence, le Lycée scientifique et les collèges d’enseignement secondaires d’Alenakiri, d’Awoungou, d’Akébé, ainsi que celui baptisé ; Saint Jean Vianey. De sources concordantes, ce sont en tout 35 établissements, à travers le pays, qui sont répertoriés sur la liste des oubliés de la prime d’incitation à la performance, PIP, du quatrième trimestre 2014.

En espérant que le gouvernement tiendra parole, le collectif des enseignants du bassin pédagogique de Libreville Centre et d’Owendo croise les doigts, sans avoir pris l’engagement de lever sa menace de grève.

Aria Starck

A propos de l'auteur