Journée internationale du Travail : Dynamique Unitaire en marge du défilé des travailleurs nantis du Gabon

Posté le 04 Mai 2017
Commentaire (s) inactif

Dynamique Unitaire a voté le lundi Noir à partir du 8 Mai prochain

La journée internationale des droits des travailleurs, appelée communément Fête du Travail, célébrée dans toutes les capitales du monde le 1er mai de chaque année, a été naturellement commémorée lundi dernier par les travailleurs du Gabon de différentes manières. Alors que les travailleurs nantis du Gabon ont choisi de défiler, hypocritement, devant les officiels putschistes qui souvent restent insensibles à leurs revendications liées aux mauvaises conditions de vie et de travail, il y a certains travailleurs qui ont compris l’importance de cette journée. C’est le cas de la confédération syndicale Dynamique Unitaire qui, malgré la présence dérangeante des agents des forces de police encagoulés et armés, sur le site du Rond-point d’Awendjé, a choisi de se rassembler le 1er mai dernier au stade d’Awendjé, pour donner le ton à la journée.

A la demande d’occupation des lieux adressée quelques jours avant le 1er mai, le ministre de l’Intérieur n’a pas daigné donner suite. Cependant, les forces de police se sont invitées au Rond-point d’Awendjé avec pour mission de perturber les activités prévues par la confédération syndicale.

La fête du travail, célébrée depuis la fin du XIX ème siècle, tire son origine des combats du mouvement ouvrier de Chicago. En effet, les travailleurs ont payé de leur sang pour obtenir la journée de huit de travail. En d’autres termes, cette journée renvoie à la manifestation de la lutte des travailleurs avec pour objectif la revendication de meilleures conditions de travail et de vie. C’est précisément la journée de dénonciation des violations des droits des travailleurs. C’est fort de ces postulats que Dynamique Unitaire a célébré la récente fête du 1er mai sous le thème : « Stop à la violation des droits des travailleurs et des libertés syndicales : Réhabilitez la Conasysed ». Un thème évocateur et totalement en phase avec les germes de la lutte syndicale, mais surtout bien loin du thème très quelconque retenu par le gouvernement « Promotion des organes d’expression du dialogue social au sein des entreprises ». Sournoiserie ! Comme pour attirer davantage les organisations de travailleurs et syndicats à la solde. Le programme parle de lui-même : défilé, décoration, stands d’exposition, etc. Pour couronner la mascarade, la cérémonie a été agrémentée de la distribution des tee-shirts, des sandwiches et des cannettes de boissons diverses. A la différence des « travailleurs conscients » qui y voient plutôt en cette   journée une plateforme pour réitérer leurs revendications à la face du monde.

Après une marche effectuée jusqu’au point de chute du stade de basketball d’Awendjé, s’en est suivie   la lecture du manifeste par le président Jean Rémy Yama, puis une assemblée générale. Laquelle assemblée a abouti au vote d’une nouvelle stratégie de continuation de la grève. Ainsi, la grève lancée par Dynamique unitaire sera désormais observée tous les lundis jusqu’à réhabilitation de la Conasysed et la réparation de toutes les violations des droits des travailleurs ainsi que des droits et libertés syndicales. «  C’est donc une journée de colère, un jour mort dans toutes les administrations publiques, à laquelle tous les travailleurs sont invités », a précisé Jean Rémy Yama. Néanmoins, cette nouvelle proposition de résistance n’affecte en rien l’action des organisations syndicales qui ont décidé de faire grève toute la semaine. De même qu’elle n’empêche pas de poser des actes concrets comme le boycott des examens et concours organisés par les ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur. La nouvelle stratégie mise en place devra être respectée par toutes les organisations membres de Dynamique unitaire. Cette journée a été une opportunité de plus pour la confédération syndicale de condamner, avec véhémence, d’une part, « les violations des droits humains commises à l’encontre des syndicalistes gabonais et des citoyens de la société civile, notamment l’interdiction des activités de la Conasysed et les emprisonnements sans jugement des citoyens ; la violation des droits humains, politiques et civiques des travailleurs au moyen des tortures, d’emprisonnements et tentatives de mort, à l’instar de l’enlèvement et la torture de Mathurin Ovono Ebe, enseignant à l’UOB et membre du Snec. D’autre part, Dynamique unitaire exige « la levée immédiate et sans condition de la mesure d’interdiction des activités de la Conasysed et le rétablissement des salaires des 807 enseignants avec restitution des sommes dues ; le paiement des droits aux agents des structures parapubliques et privées dont les déflatés de la CNSS, Gabon Poste, Gabon Telecom et les licenciés des structures pétrolières ; la mise en place effective du nouveau système de rémunération dans un cadre légal approprié… », pour ne citer que celles-là.

Par Nedjma leMonde

 

 

A propos de l'auteur