Judo : Un athlète gabonais interdit de quitter le pays

Il s’agit du judoka Harnold Koussou Ouvélou, 73kg. Invité aux Jeux de la Solidarité islamique qui se déroulent à Bakou, en Azerbaïdjan, ce dernier s’est vu refuser l’embarquement par les forces de l’ordre, au motif qu’il ne détiendrait pas une lettre signée par le ministère des Sports.

Qu’est-ce qui est arrivé au jeune international judoka Harnold Koussou Ouvélou le mardi 16 mai 2017 ? Presqu’un cauchemar. Détenteur d’une invitation et même déjà d’une accréditation pour les Jeux de la Solidarité islamique, il s’est vu interdit de quitter le territoire national.

Motif, l’international judoka n’était pas en possession d’une autorisation du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Information que l’intéressé a confirmé, presqu’en pleurs au bout du fil.

« A beau leur expliquer que ce n’est pas la Fédération qui m’envoie, mais je suis détenteur d’une invitation de Solidarité olympique (un organisme international reconnu dans le monde entier : ndlr) », a-t-il dit, avant d’ajouter « Mais la police des frontières n’a voulu rien entendre, alors que je devais aller défendre les couleurs de mon pays ».

Un capitaine de police, en service, aurait même été saisi. Mais contre toute attente, il s’est aligné sur la décision de ses agents. Situation qui n’a d’ailleurs pas laissé l’athlète indifférent.

« Je suis vraiment découragé. Je combats ce samedi 20 mai, et c’est une grande compétition qui m’aurait permis de réaliser une bonne prestation afin de bénéficier d’une bourse olympique. Nous ne sommes pas allés au championnat d’Afrique et je perds encore une opportunité de commencer déjà à faire mes points pour les JO. J’ai vraiment mal ! », a déclaré le jeune Koussou Ouvélou.

Aussitôt mis au courant de l’affaire, nous nous sommes rendus à l’Aéroport de Libreville pour s’enquérir de la situation auprès de l’officier en question. Aucun agent sollicité pour nous conduire vers l’officier n’a accepté de le faire.

A la Direction générale des sports, les portes nous sont restées fermées. Et la raison évoquée ici, c’est que la Fédération gabonaise de judo serait dans une situation floue, et surtout sous tutelle financière du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Qu’est-ce à dire ?

En ce moment classé dans la catégorie des 73kg, notre jeune compatriote  a été champion d’Afrique cadet 2012, vice-champion d’Afrique juniors par équipe la même année, vice-champion d’Afrique junior en 2013 et 2014, vice-champion d’Afrique  aux Jeux Africains, et plusieurs fois médaillé d’or aux tournois sous-régionaux depuis 2014.

 

Elang-Mane

 

 

A propos de l'auteur