L’hebdomadaire français JDD assure que les observateurs de l’UE au Gabon étaient sur écoute

Posté le 04 Oct 2016
Par :
Commentaire (s) inactif
les représentants de l'UE lors du point de presse

les représentants de l’UE lors du point de presse

Les services secrets gabonais ont placé sur écoute des membres de la mission d’observation déployée par l’Union européenne pour l’élection du 27 août dernier, et les conversations attestent de leurs doutes sur la sincérité des résultats, affirme l’hebdomadaire français Le Journal du Dimanche, JDD.

Dans un article intitulé « Watergate au Gabon », le JDD publie des extraits d’une vingtaine d’enregistrements, sans préciser comment il les a obtenus, et écrit qu’une des personnes écoutées a « formellement identifié sa propre voix ». On y apprend que le pouvoir gabonais suivait de près les échanges entre les experts européens. L’hebdomadaire français dit avoir récupéré une vingtaine d’enregistrements clandestins, mais il y en a sans doute davantage. Des appels où l’équipe fait part de ses doutes concernant la transparence du scrutin.
Pour le journal, « les conversations enregistrées révèlent de lourdes suspicions de trucage des résultats », qui ont donné gagnant le président sortant Bongo Ondimba Ali, alias BOA, face au candidat consensuel de l’opposition Jean Ping : « Ils sont en train de chercher comment tricher et que ça ne se voit pas trop », déclare fin août un membre de la mission de l’UE, non identifié, selon un de ces extraits. « Des urnes sont en cours d’acheminement à Libreville et vont faire la différence », ajoute-t-il.
Le Journal du Dimanche assure que ces écoutes n’ont pas seulement permis au pouvoir gabonais de surveiller les observateurs, elles ont également permis d’agir contre eux par le biais des médias. Par exemple, au lendemain d’un échange entre un observateur et son chef concernant une rencontre avec l’opposition, plusieurs journaux dénoncent un scandale, parlent même de corruption en citant seulement « des sources des services gabonais».

Pour Le JDD, il ne fait aucun doute que ces sources se sont appuyées sur les écoutes téléphoniques pour cibler les observateurs et tenter de les décrédibiliser aux yeux du grand public.

Le 30 août, le responsable de la sécurité de la mission européenne, un certain Pierre B. qui est « la principale cible des services gabonais » selon le JDD, signale à un interlocuteur qu’il y a eu « des modifications de chiffres cette nuit sur Wikipédia ». « Ils ont gonflé la population du Haut-Ogooué ! C’est pas encourageant« , poursuit-il.

« Ils ont fait exactement ce que j’espérais qu’il n’allait pas faire« , commente le jour-même la chef adjointe de la mission de l’UE dans un échange avec Pierre B. cité par le JDD.

Shekina O.

publié le 4 Octobre 2016

A propos de l'auteur