Odeur de spoliation des commerçants par des agents se réclamant de la mairie de Libreville

Posté le 14 Août 2015
Commentaire (s) inactif
L’hôtel de ville de Libreville, mis à mal par des controleurs vereux

L’image de l hôtel de ville de Libreville, mis à mal par des controleurs véreux et indélicats

Sans ordre de mission faisant foi, des éléments se réclamant de la police municipale ont fait irruption le 12 août dernier sur le site de la «  quinzaine commerciale » organisée du côté du rond point du quartier Nzeng-Ayong, dans le 6 ème arrondissement de la capitale gabonaise. Une braderie initiée dans le cadre des activités commémoratives de la fête de l’indépendance, célébrée le 17 août de chaque année.

« Ils ont pris ma marchandise, en me laissant entendre qu’elle devrait être stockée dans les locaux de la maison, sans plus d’explications», nous confiait une commerçante victime de cette descente inopinée, à travers laquelle plusieurs effets de commerce ont été emportés par des individus non identifiables, et ce, sans autre forme de procès. Emettant des doutes sur la fiabilité de cette opération effectuée au nom de la mairie de Libreville, certains commerçants ont fait montre d’opposition, en refusant d’obtempérer : « J’ai refusé qu’ils emportent ma marchandise avec eux, parce que j’ai loué cet espace à hauteur de 270 000 Francs Cfa. Je l’occupe depuis maintenant une semaine. De plus, ils viennent sans rien nous dire, ni montrer un papier justifiant leur mission», a relaté une exposante, visiblement indignée.

Outrées par cette façon de faire, après qu’ils se soient acquittés de redevances justifiant de leur présence sur le site retenu pour cette quinzaine commerciale, les victimes de cette opération musclée exigent d’être réhabilitées. « Nous sommes dans nos droits, nous avons payé pour vendre ici. Nous devons par conséquent être dédommagés ».

La première édition de cette quinzaine commerciale, conjointement organisée par le comité national des fêtes de l’indépendance, la structure événementielle « bonne étoile gabonaise » et la direction générale du commerce est ouverte depuis le 4 août dernier.

Nedjma le Monde

 

A propos de l'auteur