Les licenciés expatriés de SATRAM exigent le paiement de leurs indemnités

Posté le 03 Juin 2016
Commentaire (s) inactif
ouvriers

Les victimes du licenciement économique à Satram, exigent le paiement intégral de leurs droits

Depuis le lundi 30 Mai dernier, les anciens agents de Satram, pour la plupart des expatriés, contraints au licenciement économique, multiplient des actions de protestation sociale au siège de leur ex employeur, dans la commune d’Owendo, pour exiger le paiement total de leurs droits légaux.

Licenciés il y a quelques mois, les désormais 150 anciens travailleurs de la société Satram broient du noir, faute de salaire impayés depuis le mois de janvier de l’année en cours, alors qu’au cours d’une rencontre avec leur ex employeur, il avait été convenu que le solde de tout compte et les droits légaux devraient être payés au plus tard fin avril 2016. Une promesse qui n’a pas été tenue, à ce jour.

Lassés et laissés pour compte, les anciens agents ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Selon les représentants du collectif des déflatés, Malik Gaél, la direction générale de Satram a fait preuve de mauvaise foi et de manque de respect vis-à-vis de tous ces gens qui ont contribué significativement, plusieurs années durant, à la prospérité de cette entreprise : « Nous voulons simplement percevoir notre argent afin que chacun rentre dans son pays. Nous ne voulons plus vivre aux dépens des autres sans payer de loyer. Nous comprenons aujourd’hui que Satram nous a exploités, sans récompenser les efforts consentis » déplorait-il.

Signalons que cette entreprise bat de l’aile depuis un certain temps, engluée dans des tracasseries de trésorerie. D’où l’inquiétude du personnel, pris dans la hantise d’un avenir en pointillé. Faut-il rappeler que la société Satram fut jadis, le plus grand employeur de Port-Gentil, la capitale économique du pays.

Cette sortie au vitriol des ex-travailleurs expatriés, décrit clairement l’ampleur de la situation qui prévaut au sein de cette entreprise.

Aria Starck

Article publié le 03 Juin 2016                                                                    

Copyright@echosdunord.com

A propos de l'auteur