PRESIDENTIELLE 2016 : Le « oui », mais ……, de Richard Moulomba à Jean Ping

Posté le 07 Avr 2016
Commentaire (s) inactif
richard Moulomba et ping

Ricahrd Moulomba Mombo, confiant symboliquement le drapeau gabonais à Jean Ping, à l’issue de sa caution à la candidature de Ping

C’est sur le sceau de l’accord sous réserve, que le président de l’Alliance pour la renaissance nationale, Arena, Richard Moulomba Mombo, a donné caution à la candidature de Jean Ping à la présidentielle d’août prochain. Accord politique arraché à la faveur d’une déclaration livrée dans l’après midi du mercredi 6 avril dernier à la chambre de commerce de Libreville.

Richard Moulomba Mombo vient ainsi de rompre l’attitude attentiste et visiblement perplexe qui le caractérisait depuis le déclenchement des passions et autre agitations des états major politiques sur les enjeux de la prochaine élection présidentielle. Cet acteur politique viscéralement opposé à toute forme de « Bongoisme », décide d’édulcorer sa vision personnelle de l’approche politique, en faisant tandem avec un fils politique et spirituel de feu Omar Bongo Ondimba. Une union scellée au nom, soulignait-il, de la nécessité de sortir le Gabon du bourbier dans  lequel l’a plongé Ali Bongo et sa cohorte d’amateurs émergents. Des dirigeants indexés comme comptables de la décrépitude sociale qui avilie l’image du Gabon. C’est donc au nom de l’intérêt national qu’il dit taire les contradictions secondaires, au profit d’un front commun contre Ali Bongo, personnifié à l’occasion comme totem du mal gabonais.

Richard Moulomba qui exclut toute hypothèse de soutien en vue d’un simple remplacement numérique à la tête de l’Etat, justifie son positionnement par son ambition constante d’œuvrer pour un véritable changement de paradigme, qui fasse place à un Gabon de justice sociale pour tous.  L’ambition avouée étant de parvenir à un nouveau modèle sociétale à même de gommer le pitoyable tableau d’excessive misère qui ne cesse de troubler le quotidien des gabonais.

C’est fort de ce deal de raison, et non de cœur, a tenu à préciser Richard Moulomba, que de mises en garde amicales ont été solennellement adressées à Jean Ping, physiquement présent dans la salle : « Toutefois, si vous changez, notamment comme Président élu, …………., alors vous me compterez parmi vos plus farouches opposants » soulignait avec insistance ce jeune loup à la dégaine alerte.

Richard Moulomba dit axer son combat et son soutien sur l’autel des valeurs, dont la ruine a ouvert la porte à toutes les dérives, même les plus insoupçonnées, qui saccagent à volonté les piliers de la maison Gabon par la faute d’une classe dirigeante rongée, déplore t-il, par l’appétit financier et politique gargantuesque.

Paul Davy

Article publié le 7 Avril 2016

Copyright@echosdunord.com

A propos de l'auteur