Rapport final de la MOE-UE: Une force supplémentaire pour Jean Ping

picture6Le monde entier a fortement décrié l’intégrité du processus électoral lors de la présidentielle du 27 août dernier au Gabon. Les résultats querellés, au sortir de ce scrutin entre les deux principaux adversaires, ont plongé le pays dans une crise postélectorale qui va peut être bientôt connaître son épilogue. Le 12 décembre 2016 a été un jour de grande attention pour les gabonais épris de démocratie. C’est ce jour-là que les conclusions, tant attendues, du rapport final de la mission d’observation électorale de l’Union européenne, MOE-UE, ont été rendues publiques.

Il n’est marqué nulle part dans ce rapport que BOA n’a pas remporté le dernier scrutin présidentiel. Mais, il faudra par contre lire entre les lignes de ce rapport pour comprendre que les analyses faites par la MOE-UE accablent lourdement BOA. La qualité du rendu de ce rapport a ravi le cœur du peuple gabonais martyrisé, et surtout la diaspora gabonaise qui comptabilise un peu plus de 100 jours de résistance. Oui ! Ce mouvement de la résistance ne peut et ne pourra s’arrêter que lorsque les choses rentreront dans l’ordre. C’est-à-dire que lorsque Jean Ping, le président élu des gabonais, prendra le pouvoir et parlera désormais au non des Gabonais. La lecture de ce rapport par le chef de la MOE-UE, Mme Mariya Gabriel, est pour les gabonais et surtout le candidat malheureux par défaut Jean Ping, une preuve incontestable de l’imposture de BOA à la présidence de la République. La question qui taraude les gabonais est celle de savoir comment Jean Ping et la coalition vont-ils s’y prendre pour revendiquer et réaffirmer sa victoire ? La question vaut son pesant d’or dans la mesure où le rapport démontre « la complicité active du ministère de l’Intérieur, de la Cénap et de la Cour constitutionnelle dans le coup d’Etat militaro-électoral» comme l’a relevé Jean Ping au terme de son entretien avec la MOE-UE.

C’est donc l’une des principales questions à laquelle le peuple gabonais mérite une réponse claire. Cette réponse, Jean Ping se réserve de la donner avant le 23 décembre prochain. En effet, le président élu des gabonais s’exprimera lors d’un grand meeting pour donner sa feuille de route qui devrait nécessairement le conduire aux commandes du Gabon. A ce grand rendez-vous, le président Jean Ping, accompagné de la coalition, devra également donner lecture des résolutions des assises qui s’ouvrent le 18 décembre 2016.

Nedjma leMonde

publié le 15 Décembre 2016

A propos de l'auteur