Tropicale Amissa Bongo

Posté le 18 Fév 2015
Par :
Commentaire (s) inactif

Course cycliste ‘’Tropicale Amissa Bongo’’, 10 ans après.

Des cyclsites gabonais à la tropicale Amissa Bongo

Dixième édition organisée et ouverte depuis le lundi 16 février dernier, aucun coureur gabonais n’est parvenu à flirter avec de performances admirables.
Les raisons de ce parcours dont le bilan fait pâlir d’indignation, sont à chercher dans le refus de structuration de la petite reine au plan local, au point de confiner les gabonais lors de cette tropicale, au prix du ‘’meilleur gabonais’’. Une ingénieuse manière de vaincre sans péril, et de triompher sans gloire. L’absence de vision sportive accolée à un manque de volonté politique, participe de cette incurie. Signes des temps, l’activité des ligues provinciales et partant des clubs, reste au point mort. Drôle de manière de courir après l’élitisme, sans jamais penser à se constituer une base devant servir de creuset aux compétiteurs locaux. Car comme qui dirait, ‘’On n’est pas champion par hasard’’.
Du coup, la chaîne reste rouillée et la pédale bloquée au nom de la défense des intérêts du prince, à travers la pérennisation d’une compétition aux allures de gloire à une famille. Car on ne le dira jamais assez, seule une compétition prépare une autre.

Cette année, la course n’a pas fait détour du Cameroun voisin. Elle se déroule exclusivement sur le territoire national. C’est la commune de Bongoville dans la province du Haut-Ogooué, au sud-est du pays, qui a servi de point de départ de cette course cycliste. Les rideaux tomberont sur cette dixième édition de la tropicale Amissa Bongo, sur les rues de la capitale gabonaise, Libreville.
Les six coureurs gabonais en lice sont, Frédéric Obiang, Paul Junior Maroga, Léris Moukagni, Glenne Morgan Moulingui, Geoffroy Ngandamba et Cédric Tchouta.

 

A propos de l'auteur