Véritable course d’obstacles vers l’accès à l’eau potable

Posté le 08 Mar 2016
Commentaire (s) inactif
eau robinet

Le précieux liquide se fait rare à des moments, dans de nombreux quartiers de Libreville et de ses environs

L’alimentation en eau potable est diversement appréciée à Libreville et dans ses environs, au point de susciter le désappointement des usagers. Si dans certains quartiers  l’accès au précieux liquide n’est soumis à des tracasseries majeures, dans d’autres, c’est la croix et la bannière. Toute chose qui est de nature à offusquer ceux qui attendent toujours l’arrivée ou l’apparition de quelques gouttes, qui à la fontaine publique, qui, devant le robinet à la maison.

En effet, selon que vous résidez dans les zones jugées privilégiées, ou non, l’accès à l’eau potable est soumis à divers caprices. Outre les difficultés liées à son arrivée dans les robinets, certaines populations doivent braver plusieurs kilomètres à pied, le plus souvent, pour espérer s’approvisionner en eau potable.

bidons en main

C’est parfois au prix de plusieurs kilomètres à pied, les mains chargées de récipients, de certains ont accès à de l’eau potable

A certains endroits de la capitale, l’on constate des cas de gaspillage flagrant occasionné par les fuites d’eau,  soit des tuyaux, soit des compteurs, en somme, des installations liées à sa distribution. Les cas sont légion au point de ne plus forcement émouvoir. Un tuyau coupé ou percé, laissant couler d’abondante quantité d’eau destinée à la consommation, devient presque banal.

Le service technique de la société d’énergie et d’eau du Gabon, SEEG, n’est pas exempté de toute responsabilité : « Cela est notamment dû au fait que les agents de la SEEG ne réagissent pas toujours aux appels de détresse, lors  de la survenue de divers accidents nécessitant leur intervention», a fait remarquer une consommatrice de Bikélé, quartier situé dans le 3ème arrondissement de Ntoum, dans la banlieue Est de Libreville. Avant de confier, « D’autres promettent d’arriver sur les lieux pour résoudre le problème énoncé, sans tenir leurs engagements. Dans le cas de fuites d’eaux, l’une des conséquences fâcheuses reste le coût des factures qui prennent l’ascenseur»

Malgré la mise en place d’un service d’urgence chargé de « traquer » les fuites d’eau et autres dégâts imputables à la vétusté des installations, la qualité de l’offre de services continue à laisser à désirer.

Elang-Mane 

Article publié le 09 Mars 2016

Copyright@echosdunord.com

A propos de l'auteur