Le syndicat des communicateurs du secteur public hausse le ton

Siège-social-de-Gabon-télévision-à-Libreville.j
Les journalistes du secteur public entendent reprendre les choses en main
Les journalistes du secteur public entendent reprendre les choses en main

 

‘’Plus question d’être des faiseurs des rois, en continuant à être confinés dans des trous à rat’’, le tocsin est sonné par la présidente du syndicat national des professionnels de l’audiovisuel public, Synapap, Aminata Nzomba, épouse Ondo. Elle entame ce lundi une série de rencontres sectorielles pour réorganiser la base autour de son cahier de revendications.

Clochardisation à souhait du professionnel, réforme du secteur de la communication plombée depuis plus de 4 ans, insuffisance de budgets,  absence de matériel de travail et de formations techniques dans la perspective du basculement au tout numérique d’ici à Juin de cette année, autant de points au cœur des discussions. Les journalistes de Radio et Télévision du secteur public ouvrent le bal ce lundi 18 mai, à la faveur d’une convocation initiée au siège du Synapap, sis à la Cité Damas à Libreville, par la présidente nationale. Les jours d’après seront consacrés respectivement aux producteurs et animateurs, puis aux techniciens (cameramen, preneurs de sons, réalisateurs, air-box, etc.) avant que le tour ne revienne aux collaborateurs extérieurs et autres agents de liaison.

Le syndicat national des professionnels de l’audiovisuel public, membre de la dynamique unitaire, D.U, entend mettre à profit la période d’un mois de suspension de grève de la D.U pour remobiliser sa base, en vue de mieux défendre les intérêts du fonctionnaire gabonais le 13 juin prochain. Cette date marquera la relance des activités de la dynamique unitaire, principal regroupement des syndicats des travailleurs des secteurs public et parapublic au Gabon.

Claude Mboumba