lundi, avril 15, 2024
spot_img
plus

    La promesse d’augmentation de salaires est un bluff ‘’Jean Rémi Yama’’

    Jean Remy Yama
    Jean Rémi Yama

    Satisfaction en demi-teinte des fonctionnaires dans la suite de la mise en œuvre de la promesse d’augmentation de salaires des agents publics. Pour cerner les raisons de cet arrière goût, nous avons rencontré le modérateur de la principale plate forme des syndicats des travailleurs, la Dynamique Unitaire, Jean Rémy Yama. Entretien à cœur ouvert !

    EDN.COM : Jean Rémi Yama bonjour ! Nous constatons un arrière goût d’inachevé dans les rangs des travailleurs du secteur public, suite à la mise en œuvre de la promesse du Chef de l’Etat relative à l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Qu’est-ce qui explique la présence du spectre d’escroquerie morale  !

    J.R.Y : Bonjour ! Les augmentations promises ne sont pas effectives. Disons que les revenus n’ont nullement augmenté par rapport au mois dernier. Le changement fondamental reste l’insertion des primes dans le salaire. Si vous touchez par exemple 500 000 francs cfa « Cinq cents mille » et qu’en intégrant vos primes dans le salaire, le revenu est inférieur à ce que vous touchiez au moment de la séparation entre le salaire et les primes, c’est que le compte n’est pas bon !

    EDN.COM : Le gouvernement considère pourtant comme avancées, la suppression de la solde de base et sa conversion en point d’indice, outre sa revalorisation par ailleurs, au détriment des accessoires de salaires. Quels sont alors à votre avis, les points qui fâchent ?

    J.R.Y : Parmi les hics, l’on ne peut noter que le gouvernement n’a pas payé sur la base de grille initiale proposée aux syndicats des travailleurs et aux députés. D’autre part, le gouvernement a décidé certes du passage du taux d’indice de 425 à 500, ce qui devrait logiquement constituer une augmentation ! Hors à la pratique, il n’en est rien, puisque l’augmentation de la valeur indiciaire ne change pas les montants de la grille présentée. Alors ! Allez y comprendre que c’est du « foufou», puisqu’on ne sait pas à quel niveau l’on se situe !

    Toujours est-il qu’on a vu le ministre de la fonction publique communiquer sur le cas spécifique de l’enseignement supérieure, en disant que les enseignants du supérieur s’en tirent bien d’affaires! Mais en réalité, le nouveau système a simplement consacré cette introduction des primes dans les salaires. Et comme les enseignants du supérieur ont des primes de recherches très élevées, assez y comprendre! Toute fois, le revenu proposé par le nouveau système de renumérotation reste inférieur à celui que touche un enseignant dans le système de paiement séparé du salaire et des primes.

    EDN.COM : Le pouvoir se félicite également dans sa communication, de la valorisation de la pension retraite !

    J.R.Y : Ben ! Je peux vous dire que la plus faible retraite dans l’ancien système oscille entre 33 et 38 mille francs cfa. Le nouveau système consacre par contre 38 mille francs cfa pour le même cas de figure. Alors  dites-moi ! Quelqu’un à qui vous donniez 33 mille dans l’ancien système, et à qui vous payez maintenant comme retraite mensuelle,  58 mille ! Est-ce là une avancée conséquente ?

    Vous savez, quand on dit que le salaire minimum d’un agent actif est de 150 mille francs cfa,  et que pour un retraité, qui a forcement plus de problèmes, son revenu mensuel est de 38 mille francs cfa, soit presque le 1/3 en dessous ! Je vous laisse appréciez !

    EDN.COM : Jean Rémi Yama, merci !

    J.R.Y : C’est nous qui vous remercions !

    Propos recueillis par : Paul Davy

    Stay in touch

    To be updated with all the latest news, offers and special announcements.