MALTRAITANCE : Plus de vingt ans de calvaire pour Alice Mebiame

Alice Mebiame, victime de maltraitance
Alice Mebiame, victime de maltraitance

Alice n’est pas au pays des merveilles, comme le croient beaucoup de gens, qui pensent que cette femme jouit d’une fin de vie paisible. Divorcée de son mari Léon Mebiame, les nouvelles d’Alice Mebiame ne sont pas très bonnes. A en croire les informations parvenues en notre rédaction, sa vie serait un enfer depuis son divorce qui remonte au 17 février 1994. Plus de vingt ans de calvaire.

On se demandait bien ce que sont devenues ces grandes dames de la République. C’est-à-dire ces femmes qui ont accompagné les dirigeants de notre pays. Si on a des nouvelles de certaines, d’autres par contre ont complètement disparu de la scène publique, en même temps que leurs maris. Si l’on sait que l’ex première dame, Marie Joséphine Bongo, née Nkama se porte comme un charme, il n’en va pas de même pour Alice Mebiame, née Mbie Mengome. Désormais ex-épouse de Léon Mebiame Mba, lui-même ex-premier ministre d’Omar Bongo, jusqu’à la conférence nationale.

Une partie de ses effets
Une partie de ses effets

Dans son mémorandum, elle parle de « véritable chemin de croix ». Pêle-mêle, elle se dit victime de diffamation par voie de presse, lorsqu’elle évoque ce communiqué publié par son ex époux …dans le journal l’Union, relatant des contre vérités et tout le mal qu’elle éprouve à rétablir la vérité dans les mêmes colonnes. Elle parle également de cette humiliation qu’elle a subie, en se voyant déguerpir de la maison commune qu’elle occupait, en vertu d’une ordonnance gracieuse du tribunal de prière instance de Libreville, datant du 22 janvier 2015. Une villa qu’elle n’a intégrée qu’en juin dernier. Et que contre toute attente, elle a été forcée de libérer un mois plus tard, sous la pression d’un huissier de justice. L’ordonnance gracieuse du 22 janvier 2015 a été suivie d’une réquisition de la force publique adressée au procureur de la République, le 12 juin de la même année. Le 15 juin, le parquet par le biais du Substitut du procureur, enjoignait le préfet de police de « bien vouloir prêter main forte à l’huissier de justice dans l’exécution de la décision de justice ». Laquelle …autorise Madame Alice Mebiame, née Mbie Mengome à réintégrer la villa occupée avant le prononcé du divorce avec Monsieur Léon Mebiame, en attendant la clôture de l’opération de liquidation et le partage des biens issus de la communauté…Le 24 juillet, soit un mois plus tard, Alice Mbie Mengome, se voit signifier par voie d’huissier un arrêt avec commandement de déguerpir le domicile, par exécution immédiate. Tout de même au bas de l’exploit, l’huissier indiquait que l’ex épouse de l’ex premier ministre de la République disposait « d’un délai de deux mois pour attaquer cet arrêt  devant la Cour de cassation.» Alors que trois jours plus tôt justement, le 21 juillet, l’avocat d’Alice Mbie Mengome introduisait un pourvoi en cassation, pour surseoir l’exécution de l’arrêt du 21 juillet qui …ordonnait le départ immédiat de la concession de Lionel Mebiame et Mbie Mengome Alice…sur les moyens de son pourvoi, l’avocat a rappelé les dispositions de l’article 549 du Code de procédure civile qui précise entre autres que «Toutefois la Cour saisie d’un pourvoi peut, à la demande la partie et sans autre forme ordonner avant de statuer au fond, qu’il soit sursis à l’exécution du jugement attaqué, si cette exécution doit provoquer un préjudice irréparable. » Ce qu’Alice Mbie Mengome qualifie de violence morale. Dans l’entourage de Léon Mebiame, on indique que le comportement de Lionel Mebiame est à l’origine de l’attitude son père. Il aurait vendu de nombreuses parcelles sans l’autorisation de son père avant de disparaître avec l’argent. Ce qui a obligé Léon Mebiame à tout vendre et expulser ce fils prodige de la maison familiale. De son côté, Alice Mbie Mengome vit dans sa maison du Haut de Guégué, en attendant que la justice se prononce définitivement.

Rappelons que Léon et Alice Mebiame s’étaient mariés le 6 février 1971 sous le régime de la monogamie et de la communauté des biens. Puis ils divorcent le 17 février 1994. C’est dire que février n’est pas la Saint Valentin pour tous.

Pierre Durand