Echos du Nord – Votre journal d'actualités et d'analyses du Gabon

Ngoulakia chassé de la Caistab et Ondinga Ngouengoué viré de la direction des douanes

Ngoulakia chassé de la Caistab et Ondinga Ngouengoué viré  de la direction des douanes

Les départs de ces deux commis de l’Etat des postes de direction qu’ils ont occupés, jusqu’à un passé très récent, ont été l’essentiel des mesures individuelles ayant sanctionné le conseil des ministres du lundi 26 octobre dernier.

Léon Paul Ngoulakia
Léon Paul Ngoulakia

On s’y attendait quelque peu à voir Léon Paul Ngoulakia être remercié de la direction générale de la Caisse de stabilisation et de péréquation (caistab), après sa bravoure politique marquée par son acte de démission avec fracas du Parti démocratique gabonais, PDG. Un départ jugé précipité, qui laisse clairement transparaître les liens incestueux entre l’administration centrale et le Parti-Etat, du temps du PDG, Parti unique.

En adulte libre, Léon Paul Ngoulakia a fait valoir sa clause de conscience en démissionnant du Parti démocratique gabonais (PDG) le 19 octobre dernier « pour des raisons personnelles », souligne-t-il dans un courrier adressé au secrétaire général de cette formation politique, Faustin Boukoubi.

En limogeant son ainé, BOA a renforcé la carte blanche donnée depuis toujours à son gourou de maître vaudou, Acrombessi, en grande partie responsable des dysfonctionnements et de la placardisation des cadres gabonais non asservis à sa prêtrise. Léon Paul Ngoulakia, de nombreux cadres gabonais ont fait les frais de leur refus d’assujettissement au Popo: les anciens secrétaires généraux de la présidence de la République, François Engonga, Guy Bertrand Mapangou et Laure Olga Ngondjou; les anciens ministres de la défense nationale, Angélique Ngoma et Ernest Mpouoh; l’ancien conseiller personnel d’Ali Bongo, Fréderick Massavala Maboumba ; et bien d’autres. Notons que l’ire de Léon Paul Ngoulakia est notamment liée aux actes d’arrogance et de suffisance du Popo, qu’il tient pour responsable dans la déviance managériale d’Ali Bongo à la tête du pays.

Michel Ondinga Ngouengoue
Michel Ondinga Ngouengoue

Autre personnalité démise de ses fonctions, le désormais ancien directeur général des douanes gabonaises, Michel Ondinga Ngouengoué, qui quitte ses fonctions dans un environnement de crise sociale avec la fermeture du principal port du pays, le Port d’Owendo depuis le lundi 26 octobre, dans le cadre d’une grève d’avertissement de trois jours des syndicats des régies financières du pays. Mouvement d’humeur déclenché le lundi 26 octobre courant, avec un service minimum de 7 heures à 9 heures du matin. Par ailleurs, le départ de Michel Ondinga Ngouengoué intervient dans une atmosphère d’admission de ce dernier à la retraite, atteint par la limite d’âge depuis deux mois.

Imony Kombile Giowou

Article publié le 27 octobre 2015

Copyright@echosdunord.com

 

Articles connexes