Son père lui brûle les plantes des pieds à l’aide d’une machette chauffée à blanc

Le petit Aloise
La victime Aloise Bekale Abessolo, les pieds pétés

Le jeudi 22 octobre dernier, en application de l’article 235 alinéa 3 du code pénal, Basile Abessolo Ngoua, 43 ans, a été présenté devant le parquet d’Oyem, la capitale provinciale du Woleu-Ntem (Nord du Gabon), avant d’être placé sous mandat de dépôt, pour coups et blessures volontaires sur mineur de moins de 15 ans par ascendant (père).

Autrement dit, il est reproché au quadragénaire, résidant à Atout, commune de Medouneu, dans le département du Haut Como, d’avoir brulé, à l’aide de deux machettes chauffées sur le feu de bois, les plantes des pieds d’Aloise Bekale Abessolo, son fils âgé de 12 ans.

Les faits remontent au 17 octobre en cours. Ce-jour là, de retour d’une virée, le père tortionnaire aurait appris des voisins que son fils proposait à la vente, un fusil de chasse. Tout de suite, il s’est mis à ratisser large pour mettre la main sur le garçonnet. Après l’avoir rattrapé, il a usé de toute la diplomatie possible pour le ramener à la maison. Allant même jusqu’à lui proposer un voyage sur Libreville, capitale du pays.

Une fois à la maison, a indiqué une source proche du dossier, Basile Abessolo Ngoua aurait piqué une colère inhabituelle. Ainsi donc, il a conduit l’enfant dans la cuisine. Puis, il l’a ligoté, avant de se saisir d’une machette préalablement chauffée à blanc, qu’il a ensuite déposée sur les plantes des pieds de son fils, en guise de punition.

Après son acte de maltraitance, Basile Abessolo Ngoua s’est rendu au village Akoga, où il y avait un deuil. Laissant ainsi en l’état le petit Aloise.

Basile Abessolo Ngoua
Le père bourreau, Basile Abessolo Ngoua

Deux jours plus tard, la brigade de gendarmerie de la localité, informée de la situation, s’est immédiatement transportée sur les lieux. «Nous avons trouvé le gamin assis sur un banc. Il ne pouvait pas se tenir sur ses pieds. Tant ceux-ci étaient en état de décomposition et laissaient déjà échapper des odeurs pestilentielles», a confié une source proche de l’enquête.

A en croire les témoignages de certains membres de la famille, le petit Aloise, orphelin de mère depuis l’âge de 5 ans, n’était pas scolarisé et subissait le martyre auprès de la nouvelle épouse de son père.

Lors de l’interrogatoire, le père criminel Basile Abessolo Ngoua a reconnu les faits. Quant au gamin, il a été admis en soins intensifs au centre hospitalier de la localité.

Henri Gauthier                                                       

Article publié le 28 octobre 2015

Copyright@echosdunord.com