lundi, avril 15, 2024
spot_img
plus

    Le ministère de l’Intérieur en passe de changer d’adresses

    pacôme moubelet boubeya
    Le ministre de l intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya, soupçonné de prendre la mesure de fraude en gestation, en prévision de la prochaine présidentielle

    Le ministère de l’Intérieur est en passe de changer de siège social. C’est l’immeuble du Delta postal, propriété et siège de la société de téléphonie,  Gabon Télécom, située à Angondjé  dans le 1er arrondissement de la commune d’Akanda, qui abritera désormais les services du département que dirige Pacôme Moubelet Boubeya. Avec cette cohabitation que l’on espère sans conflit majeur, on peut toutefois  s’interroger s’il est convenable qu’une administration aussi stratégique qu’est le Ministère de l’Intérieur partage les mêmes locaux qu’une société privée gérée par une société à capitaux marocains majoritaires ?

    Cette perspective de déménagement qui ne cesse d’enfler, sidère l’opinion qui ne cache pas ses appréhensions de manipulations frauduleuses, dans la perspective de la présidentielle prévue cette année. Vu que le quartier Angondjé semble hautement sécurisé par la Garde Républicaine, en raison du fait que les résidences d’Ali Bongo et de plusieurs hauts dignitaires gabonais et étrangers s’y trouvent. Selon le discours officiel, il s’agit d’une option qui devrait permettre d’éviter des heurts à l’instar de ceux vécus lors  de l’élection présidentielle de 2009.

    Par ailleurs, le commandement en chef de la police, situé à l’Avenue Félix Eboué, en face du cinéma le Komo, doit également « déguerpir » pour occuper le siège de Gabon Télécom. Ses locaux hébergeront désormais la préfecture de police de Libreville dont le site actuel, sis en face de la représentation nationale de la Croix-rouge, deviendra le commissariat central de Libreville, ainsi que l’ont  toujours appelé les habitants. Seule la Police judiciaire (PJ) restera dans ses locaux actuels, jouxtant le cinéma le Komo.

    Dans l’imaginaire populaire, avec ces déménagements tout azimut couplés à l’entrée en fonction  des nouveaux gouverneurs, le ministre de l’intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya, met en place le dispositif qui devra légitimer «  le passage en force» d’Ali Bongo à l’élection à venir, si sa candidature venait à être validée. Sinon à quelle fin serait destiné ce remue-ménage ? Ainsi, Pacôme Moubelet Boubeya est soupçonné de conforter ses propos tenus en privé, et jamais démentis, dans lesquels il a affirme que tant qu’il sera à la tête de ce département, aucun opposant ne pourra être déclaré vainqueur à l’élection présidentielle à venir. Comprenne qui pourra !

    Imony Kombile Giowou

    Article publié le 22 Février 2016

    Copyright@echosdunord.com

    Stay in touch

    To be updated with all the latest news, offers and special announcements.