lundi, avril 15, 2024
spot_img
plus

    Crise postélectorale : Jean Ping appelle à une journée de deuil nationale et annonce la tenue sous peu d’un dialogue national inclusif

    1ère sortie officielle en campagne de Jean PING et Guy NZOUBA NDAMA
    1ère sortie officielle en campagne de Jean PING et Guy NZOUBA NDAMA
    Il y avait un monde fou, le jeudi 29 septembre dernier, à la résidence privée de Jean Ping sise aux Charbonnages, un quartier du premier arrondissement de Libreville. Les gabonais étaient venus en masse écouter la déclaration de Jean Ping, le digne fils d’Omboué qui vient de battre Bongo Ondimba Ali, alias BOA, dans les urnes. Près de deux heures après sa vibrante profession de foi, les Gabonais de tout bord continuaient d’affluer au domicile de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine. L’important dispositif militaire mis en place à l’entrée du domicile du président élu de la République Gabonaise n’a nullement découragé les partisans d’Okoka, un des nombreux pseudonymes de Jean Ping. Preuve de l’attachement du peuple Gabonais en son champion porté au pinacle au soir du scrutin du samedi 27 août dernier.
    Cette nouvelle sortie de Jean Ping visait à fixer les Gabonais sur trois initiatives : l’observation d’une journée de deuil nationale le jeudi 6 octobre prochain, et l’organisation d’un dialogue national inclusif dans les tout prochains jours à Libreville.

    S’agissant de la première initiative, Jean Ping invite «le peuple Gabonais à observer, le jeudi 6 octobre 2016, une journée nationale de recueillement pour nos morts et de compassion pour toutes les familles endeuillées, et toutes les victimes de la barbarie qui s’est abattue sur notre pays ». Pour la seconde initiative, Jean Ping demande au peuple Gabonais de se préparer « à un dialogue national inclusif qui sera organisé à mon initiative et selon des modalités qui sont à l’étude ». Cette invitation s’adresse aux Gabonaises et Gabonais de toutes les conditions. Le dialogue national inclusif sera l’opportunité de tout mettre sur la table afin de jeter ensemble les bases d’un nouveau mode de gestion du Gabon souhaité par tous : un Gabon de justice, de vérité, de transparence et de bonne gouvernance. « Ce dialogue national inclusif sera, pour la majorité nouvelle que nous confère le suffrage du 27 août 2016, avec tous les Gabonais, l’occasion de mettre en place les fondements d’une nouvelle République. J’invite dès cet instant, les partis politiques, les syndicats, la société civile, les confessions religieuses, la diaspora et toutes les autres forces vives de la Nation à se préparer à prendre une part active à ce dialogue national ». La troisième initiative est un appel solennel à l’intervention de la communauté internationale : « Dans cette bataille pour la libération de notre pays, nous demandons au monde libre de se tenir aux côtés du peuple gabonais en danger. Nous demandons à la communauté internationale de prendre des sanctions ciblées à l’encontre des personnes qui se sont rendues coupables de ce coup d’état militaro-électoral. Nous demandons aux organisations humanitaires, notamment à Amnesty international et au Procureur de la Cour Pénale Internationale, CPI, de venir au Gabon pour faire toute la lumière sur les assassinats, les disparitions et les violations des droits de l’Homme qui sont perpétrés dans notre pays depuis le 31 août 2016 », a déclaré Okoka.

    Markky EDZANG ZUE

    publié le 3 Octobre 2016

    Stay in touch

    To be updated with all the latest news, offers and special announcements.