La Communauté Omyéné exige la libération de ses membres en détention arbitraire

Dany Issembe (au centre) rendant publique samedi, la déclaration de la communauté Omyéné

Dany Issembe (au centre) rendant publique samedi, la déclaration de la communauté Omyéné
Dany Issembe (au centre) rendant publique samedi, la déclaration de la communauté Omyéné
La communauté Omyéné a tenu à exprimer son indignation face aux arrestations arbitraires et autres intimidations dont sont victimes ses membres et plusieurs autres citoyens, lors d’une conférence de presse tenue samedi 22 octobre dernier.
Dans une déclaration aiguë, les Omyénés ont, par la bouche de Daniel Guy Issembé, dénoncé les arrestations politiques qui perdurent depuis la fin de la période électorale et appelé à la libération immédiate des personnes détenues.

Les membres de la communauté omyéné, venus des provinces de l’Estuaire, du Moyen-Ogooué et de l’Ogooué-Maritime, se sont donné rendez-vous à la chefferie Mpongwé située à Acae pour dénoncer ce qu’ils qualifient de « dérives autoritaires » du régime de Bongo Ondimba Ali, alias BOA. Selon les porte-paroles des Omyénés, les membres de cette communauté, proches du véritable vainqueur de la dernière élection présidentielle, Jean Ping, subiraient des intimidations et des arrestations arbitraires de la part du régime de BOA depuis le 27 août dernier.
Le capitaine de frégate Rémanda-Ndinga Christian, incarcéré au B2, et Retende Ndiaye Anicet, détenu à la prison centrale de Libreville, étaient dans le collimateur depuis de nombreux mois. Il est déplorable de constater que les autorités judiciaires interdisent toute visite de la famille et des avocats des personnes arrêtées, en violation fragrante des droits élémentaires de tout prévenu.

Vue des partcipants
Vue des partcipants
Pour Daniel Guy Issembé, « L’un et l’autre (Rémanda Ndinga Christian et Retende Ndiaye Anicet, ndlr) sont des proches collaborateurs de Jean Ping qui, comme chacun le sait, revendique sa victoire à l’élection présidentielle d’août 2016 », a-t-il déclaré avant d’insister sur le caractère politisé de leur arrestation et des sévices corporels qu’auraient subi Retende Ndiaye Anicet.

Prenant la communauté internationale à témoin, les membres du groupe omyéné ont tenu également à dénoncer les arrestations d’autres citoyens toujours captifs : les colonels d’armée en retraite Nwéré Dominique et Makita Niembou, l’adjudant de gendarmerie Nandi Luigi mais aussi Zibi-Abeghe Bertrand, Mihindou-Mi-Nzamba Karl, Ollo Obiang Firmin, Amiang Landry Washington, Mamboundou Enrique, Ekorezok Rodney, Koumba Mba Essiane Cyrlin et Ondo Abessolo Roger.

Pour conclure, les membres de la communauté Omyéné ont exigé la libération immédiate de toutes les personnes précitées, faute de quoi elle « s’engagera à prendre, dans les prochains jours, toutes les dispositions régaliennes pour faire valoir leurs droits ». Et, d’ajouter : « Nous allons user de tous les moyens que nous confèrent nos rites, tant au plan spirituel qu’ésotérique pour obtenir gain de cause« .

Shekina O.

publié le 25 octobre 2016