Can 2017: L’humiliation de BOA !

Posté le 25 Jan 2017
Par :
Commentaire (s) inactif

Après l’Ethiopie (1976), la Côte-d’Ivoire (1984), la Tunisie (1994), le Gabon vient de rentrer dans l’histoire des pays organisateurs éliminés au premier tour d’une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football. Déjà sorti sans gloire au premier tour, lors de la 30 ème édition en 2015, le Gabon quitte « sa Can » par la petite porte.

Dans le groupe A dont faisait partie le Gabon, les partenaires d’Aubameyang ont été successivement tenus en échec par les sélections Bissau-guinéenne, Burkinabé et Camerounaise. Sans inspiration, sans âme et sans révolte, les gabonais portés par l’activité incessante du joueur de Tours, Denis Bouanga, n’ont jamais pu compter sur leur capitaine, pourtant à l’aise et productif dans son club allemand de Dortmund.

Lors du match Gabon-Cameroun, Aubameyang a été transparent, ratant même un centre aussi préparé que précis de Bouanga, dans les premiers instants de la rencontre. Evoluant seul non loin du deuxième poteau, il lui suffisait d’être plus lucide, moins fébrile et plus “patron”, pour délivrer un stade, à défaut de délivrer un peuple. Un peuple fortement divisé, qui continue de pleurer ses morts au sortir de la crise postélectorale survenue après le scrutin du 27 août 2016.

Au-delà du football, le Gabon a d’autres chats à fouetter que de voir un ballon faire trembler les filets. L’enjeu était capital pour la Présidence de la République, conduite par BOA lui-même, venu sur les lieux, à la veille du match contre le Cameroun pour rencontrer le staff et les joueurs. Rien de mieux comme belle idée que de rajouter la pression à un vestiaire qui restera comme l’un des grands mystères de cette compétition. Trois matches, trois nuls et deux buts inscrits, voilà le triste bilan du Gabon dans une compétition folklorique. Minables Panthères, au vestiaire ! Quelle honte pour BOA, qui s’est entêté dans l’organisation de cette Can envers et contre tout.

A l’issue du match décisif des Panthères contre le Cameroun cher à Roger Milla, Pierre Emérick Aubameyang, la star et capitaine des Panthères du Gabon a laissé entendre en zone mixte : « Forcément, il y a de la déception. Aujourd’hui, nous avions tout pour nous qualifier. Nous avons eu des occasions, mais malheureusement il y a des jours où ça ne rentre pas. A l’image de mon opportunité en début de match, où à deux mètres du but, je rate le coche. Le gardien a sorti une parade incroyable, et je pense qu’il nous aura manqué du punch pour faire la différence. Le nul face à la Guinée-Bissau pèse évidemment beaucoup dans la balance. C’est dommage qu’on ait laissé passer ce match-là, car ce soir nous aurons été plus tranquilles. Nous n’avons pas eu vraiment le temps de nous préparer pour cette Can : le regroupement devait avoir lieu dès le 3 janvier dernier. Finalement, il a commencé plus tard ». Ainsi se justifiait Aubameyang sur les ondes de RFI.

Il a été suivi par un autre attaquant gabonais, également déçu de cet échec à la Can Total Gabon 2017 : « La déception est grande, car cette compétition se joue au pays et nous sommes éliminés dès la phase de groupes. Il nous a manqué un peu de chance, surtout quand on voit la dernière action, qui finit sur le poteau et qui est ensuite sortie miraculeusement par le gardien. Nous avons l’impression que nous avons été poursuivis par une malédiction sur notre propre terre. Même si la préparation était vraiment courte, nous nous connaissons tous et nous avons essayé de collaborer avec l’entraîneur pour faciliter les choses. Je ne sais pas comment on va se remettre d’un tel choc », a-t-il expliqué.

Par Elang-Mane

publié le 25 Janvier 2016

A propos de l'auteur