Gabon | « Cinq proches vaccinés contre la Covid-19 sont morts », affirme Jean Delors Biyogue

Jean Delors Biyogue réclame un débat national inclusif, transparent et sans diabolisation des positions des uns et des autres sur la question de la vaccination contre la covid-19.

Cet universitaire gabonais et collaborateur pour le compte du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Gabon n’est pas du genre à nourrir des polémiques. Pourtant, son obligation de réserve habituelle n’a pas empêché sa déclaration pour le moins tranchée contre la vaccination anti-Covid-19.

Dans une publication partagée depuis sa page Facebook ce mardi 16 novembre 2021, il affirme :

« J’ai pris une position vis-à-vis du vaccin anti-covid-19 qui n’engage que moi, après que 5 proches ayant reçu normalement leurs deux doses de vaccin, soient tout de même morts du Covid-19, alors qu’elles ne présentaient aucun antécédent médical majeur. Parce que le vaccin n’a pas empêché dans leurs cas, le développement des formes graves de Covid-19, je n’ai aucune certitude que dans le mien, il jouera ce rôle régulateur. Pire, ces derniers ont signé un engagement qui met le fabricant du vaccin et ses administrateurs locaux, c’est-à-dire l’Etat, à l’abri de toute poursuite en cas d’effets collatéraux. »

Avant de conclure :

« Je ne suis pas un vaccino-septique, je réclame un débat national inclusif, transparent et sans diabolisation des positions des uns et des autres sur la question. »

Une posture qui pourrait donner raison à la société civile gabonaise, qui s’est récemment regroupée autour d’une plate-forme dénommée « Copil citoyen ». Ce, dans le but de s’opposer à l’insidieuse obligation vaccinale annoncée par le gouvernement et en vigueur dès le 15 décembre prochain.